Sly

Members
  • Content count

    23
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

2 Followers

About Sly

  • Rank
    Débutant sur le forum

Profile Information

  • Occupation
    Webmaster

Contact Methods

  • Biographie
    Finaliste Euro 4x champion de France 6x coupe de France
  1. Une fois n'est pas coutume, je vais vous présenter un petit véhicule qui sort de l'ordinaire, connu des seuls spécialistes de la discipline, et pourtant signé d'un grand nom de la RC à savoir Yokomo : le Nano QLO 2.0 RTR. Il faut dire que ce Nano QLO n'était pas importé en Europe jusque la, mais cela vient de changer grace à l'importateur Yokomo Asia Racing Team. Comme le laisse supposer le début de son nom, Nano, on est en présence d'un tout petit véhicule dont l'échelle peut être estimée à peu près au 1/32. Il s'agit d'un crawler, c'est à dire un engin de trial et de franchissement pur à 4 roues motrices, une spécialité venue comme tant d'autres des États Unis. En RC, le crawler existe depuis plusieurs années au 1/8, 1/10, 1/18 et 1/24. Yokomo va encore plus loin en terme de miniaturisation: - Longueur : 103mm - Largeur : 57,5mm - Hauteur : 54mm - Empattement : 70mm Des dimensions si réduites imposent un certain nombre de contraintes si bien que Yokomo nous livre son Nano QLO 2.0 en version RTR. En gros il n'y a qu'à ouvrir la boite et à charger le pack pour pouvoir rouler. L'ensemble récepteur/variateur est constitué d'un seul et même bloc, sur lequel viennent se brancher, par l'intermédiaire de petits connecteurs, le servo de direction et les moteurs. J'ai bien dis LES moteurs, car ce Nano QLO en possède 2, 1 par pont, ce qui simplifie la mécanique en évitant d'avoir besoin d'une liaison entre les ponts avant et arrière. Cette architecture à 2 moteurs est ce que l'on appel un MOA (Motor On Axle). L'énergie est fournie par un petit accus Lipo 1S. Les ponts sont reliés au châssis principal par 3 petites biellettes qui permettent une prise d'angle importante pour épouser au mieux le relief tourmenté du terrain sur lequel le Nano QLO ne manquera pas d'évoluer. Le tout est contrôlé par de petits ressorts montés dans des tubes plastique faisant office d'amortisseurs. Place maintenant aux photos. La boite comprenant voiture, radio et chargeur. Le contenu de la boite: voiture, radio, chargeur, clé à roue et notice. Le chargeur de Lipo permet une recharge automatique complète en 20 à 30 minutes. La radio infrarouge dispose d'un volant en mousse et d'un trim de direction. La pile 9v pour alimenter l'émetteur est livrée dans la boite. Le Nano QLO 2.0 à sa sortie de la boite, prêt à rouler. Le train avant avec le servo sur le pont et son système de direction. Le train arrière est identique au train avant, mis à part les fusées mobiles. Vue de dessous. On voit nettement l'amplitude possible des ponts grâce aux petites biellettes de liaison avec le châssis. Difficile de faire plus petit que ce Nano QLO... Les roues sont démontables. Les pneus basse pression procurent un très bon grip sur toutes surfaces. Chaque moteur est placé perpendiculairement au pont sur lequel il est monté. La prise de charge du pack d'accus, sur le côté gauche du tube faisant office de carrosserie. De l'autre côté se trouve l'interrupteur de mise sous tension, et sur l'avant on voit le capteur infra rouge. Un petit éclaté pour découvrir l'intérieur des ponts et du châssis. Téléchargez la version pdf ici: éclaté pdf Avec un tel châssis, 4 roues motrices et 2 moteurs, on est en présence d'un petit engin aux capacités de franchissement vraiment impressionnantes pour sa taille. Son terrain de jeu idéal sera en intérieur, sur le bureau, le canapé, la table du salon, ou n'importe quel autre endroit de la maison. On se surprendra rapidement à créer des zones spécifiques avec n'importe quel objet du quotidien: souris, téléphone portable, télécommande, étui de lunette, stylo, etc... il n'y a pas de limite ! La radio proportionnelle permet un bon contrôle du Nano QLO, et l'autonomie est conséquente. Elle dépendra beaucoup du parcours concocté... Au moment de conclure, que penser de ce Nano QLO ? C'est un petit véhicule très ludique, idéal pour s'amuser chez soi, sans avoir à mettre le nez dehors, chose appréciable alors que l'hiver arrive... Il ravira aussi bien les petits que les grands, les amateurs de crawler à de plus grandes échelles, et il créera peut être une vocation chez ceux qui ne pratiquent par encore le crawler RC. Vendu en France par Asia Racing Team à 89€ complet, voila une très bonne idée de cadeau de Noël... En cherchant un peu sur internet on découvre que Yokomo propose pour son Nano QLO une zone de jeu à l'échelle, dont la matière n'est pas sans rappeler celle de nos boites à œufs. Certains vont encore plus loin en réalisant un vrai décor peint sur ces zones, tandis que d'autres vont jusqu'à adapter des carrosseries de jouet pour donner au Nano QLO un aspect plus réaliste. Voila quelques exemples trouvés sur la toile... Et voici une petite vidéo officielle: http://youtu.be/IYVQ9W7AA98 Nano QLO 2.0 RTR - Asia Racing Team - 89,00€
  2. <IMG src=" http://sylvain.cachard.free.fr/srcc/nano-qlo/nano-qlo001.jpg" width="600"> Une fois n'est pas coutume, je vais vous présenter un petit véhicule qui sort de l'ordinaire, connu des seuls spécialistes de la discipline, et pourtant signé d'un grand nom de la RC à savoir Yokomo : le Nano QLO 2.0 RTR. Il faut dire que ce Nano QLO n'était pas importé en Europe jusque la, mais cela vient de changer grace à l'importateur Yokomo Asia Racing Team. Comme le laisse supposer le début de son nom, Nano, on est en présence d'un tout petit véhicule dont l'échelle peut être estimée à peu près au 1/32. Il s'agit d'un crawler, c'est à dire un engin de trial et de franchissement pur à 4 roues motrices, une spécialité venue comme tant d'autres des États Unis. En RC, le crawler existe depuis plusieurs années au 1/8, 1/10, 1/18 et 1/24. Yokomo va encore plus loin en terme de miniaturisation: - Longueur : 103mm - Largeur : 57,5mm - Hauteur : 54mm - Empattement : 70mm Des dimensions si réduites imposent un certain nombre de contraintes si bien que Yokomo nous livre son Nano QLO 2.0 en version RTR. En gros il n'y a qu'à ouvrir la boite et à charger le pack pour pouvoir rouler. L'ensemble récepteur/variateur est constitué d'un seul et même bloc, sur lequel viennent se brancher, par l'intermédiaire de petits connecteurs, le servo de direction et les moteurs. J'ai bien dis LES moteurs, car ce Nano QLO en possède 2, 1 par pont, ce qui simplifie la mécanique en évitant d'avoir besoin d'une liaison entre les ponts avant et arrière. Cette architecture à 2 moteurs est ce que l'on appel un MOA (Motor On Axle). L'énergie est fournie par un petit accus Lipo 1S. Les ponts sont reliés au châssis principal par 3 petites biellettes qui permettent une prise d'angle importante pour épouser au mieux le relief tourmenté du terrain sur lequel le Nano QLO ne manquera pas d'évoluer. Le tout est contrôlé par de petits ressorts montés dans des tubes plastique faisant office d'amortisseurs. Place maintenant aux photos. La boite comprenant voiture, radio et chargeur. Le contenu de la boite: voiture, radio, chargeur, clé à roue et notice. Le chargeur de Lipo permet une recharge automatique complète en 20 à 30 minutes. La radio infrarouge dispose d'un volant en mousse et d'un trim de direction. La pile 9v pour alimenter l'émetteur est livrée dans la boite. Le Nano QLO 2.0 à sa sortie de la boite, prêt à rouler. Le train avant avec le servo sur le pont et son système de direction. Le train arrière est identique au train avant, mis à part les fusées mobiles. Vue de dessous. On voit nettement l'amplitude possible des ponts grâce aux petites biellettes de liaison avec le châssis. Difficile de faire plus petit que ce Nano QLO... Les roues sont démontables. Les pneus basse pression procurent un très bon grip sur toutes surfaces. Chaque moteur est placé perpendiculairement au pont sur lequel il est monté. La prise de charge du pack d'accus, sur le côté gauche du tube faisant office de carrosserie. De l'autre côté se trouve l'interrupteur de mise sous tension, et sur l'avant on voit le capteur infra rouge. Un petit éclaté pour découvrir l'intérieur des ponts et du châssis. Téléchargez la version pdf ici: éclaté pdf Avec un tel châssis, 4 roues motrices et 2 moteurs, on est en présence d'un petit engin aux capacités de franchissement vraiment impressionnantes pour sa taille. Son terrain de jeu idéal sera en intérieur, sur le bureau, le canapé, la table du salon, ou n'importe quel autre endroit de la maison. On se surprendra rapidement à créer des zones spécifiques avec n'importe quel objet du quotidien: souris, téléphone portable, télécommande, étui de lunette, stylo, etc... il n'y a pas de limite ! La radio proportionnelle permet un bon contrôle du Nano QLO, et l'autonomie est conséquente. Elle dépendra beaucoup du parcours concocté... Au moment de conclure, que penser de ce Nano QLO ? C'est un petit véhicule très ludique, idéal pour s'amuser chez soi, sans avoir à mettre le nez dehors, chose appréciable alors que l'hiver arrive... Il ravira aussi bien les petits que les grands, les amateurs de crawler à de plus grandes échelles, et il créera peut être une vocation chez ceux qui ne pratiquent par encore le crawler RC. Vendu en France par Asia Racing Team à 89€ complet, voila une très bonne idée de cadeau de Noël... En cherchant un peu sur internet on découvre que Yokomo propose pour son Nano QLO une zone de jeu à l'échelle, dont la matière n'est pas sans rappeler celle de nos boites à œufs. Certains vont encore plus loin en réalisant un vrai décor peint sur ces zones, tandis que d'autres vont jusqu'à adapter des carrosseries de jouet pour donner au Nano QLO un aspect plus réaliste. Voila quelques exemples trouvés sur la toile... Et voici une petite vidéo officielle: http://youtu.be/IYVQ9W7AA98 Nano QLO 2.0 RTR - Asia Racing Team - 89,00€
  3. Et maintenant les photos des 10 voitures finalistes
  4. Voici les photos des 10 finalistes:
  5. Hello les fans du vintage, j'ai ressorti des cartons quelques châssis qui peuvent peut être vous intéresser... - Cat 2000 en version piste (sans carrosserie, mais avec carrosserie et baignoire TT) roulé 5 packs maximum - Cougar 2000 roulé 2 packs - Ferrari F40 Kyosho (mécanique sur base de MID long), roulé 1 pack, avec sa boite d'origine - Transmission Associated Stealth neuve, montée, dans sa boite d'origine avec la notice - Transmission Associated 1ère génération neuve non montée, encore dans les sachets - Cardans articulés Associtaed neuf, en sachet #6371 - Egalement disponible, si intéressé avant le 16/08 au plus tard : F1 et Formule Indy Tamiya neuve, F1 1/10 Kyosho (Mc Laren Honda, à suspension), Dodge Viper GTS Parma (avec carrosserie découpée mais non peinte)... Contactez moi par mail uniquement sur cette adresse : magic_senna@hotmail.com
  6. Pour en revenir à la question initiale, il me semble que ce reportage est issue de la seconde édition des 24 heures du Touquet. Je ne suis plus certain des dates, mais si la première édition a eu lieu en 88, alors il doit sagir de l'édition de 89.
  7. Un magazine ce n'est clairement pas le même usage c'est vrai. En plus ça se garde... Il m'arrive parfois de réouvrir avec plaisir les revues de mes débuts, ça rappel de bons souvenirs, c'est sympa. Avec internet si on ne prend pas garde à sauvegarder un article sympa, celui ci peut disparaitre à tout jamais si le site sur lequel il est publié décide de faire de la place ou ne les archive pas. Dommage tout de même ! 3 revues pour un petit marché comme le marché français c'est clairement trop, et ça a toujours été. Quand on voit qu'aux USA ou au Japon qui sont tout de même des hauts lieux de la RC, il n'y a qu'une seule grande revue, voir 2 au maximum... Le budget publicité des importateurs/revendeurs, et le nombre de lecteurs n'étant pas extensible, il est facile de comprendre que plus il y a de revues, et pus les recettes possibles se divisent par le nombre de revues... Entièrement d'accord !!! Je ne pense pas que le contexte de l'époque à laquelle tu fais allusion soit seul en cause... Ce qui est sur par contre c'est que les personnes dont tu parles faisait ce boulot de manière très professionnelle car il sagissait la d'une véritable activitée complémentaire traitée par des adultes. Absolument d'accord la encore....
  8. Juste quelques précisions.... - on peut être pigiste sans forcemment avoir envi de monter un magasine... ou alors en s'étant rendu compte qu'un magasine RC en France ce n'était pas viable, ou en tout cas trop limité dans ses perspectives d'évolution. - le bénévolat c'est très bien, je n'ai absolument rien contre, au contraire. Par contre lorsque tu fais un boulot pour lequel il est convenu d'avance que tu dois être payé, et que tu ne l'es pas, la ce n'est plus du bénévolat, mais de l'escroquerie, non ? Prenons un autre exemple : je suppose que tu bosses et que tu a un salaire à la fin du mois. Qu'arrivera t'il si un jour ton patron décide de ne pas te verser ce salaire comme prévu ??? J'imagine que tu ne sera pas très heureux, et que tu ne dira pas : "bon ok, je lui offre, je fais du bénévolat". Et quand bien même... tu va dire ça aussi quand il sagira de payer tes factures ? J'imagine bien dire à EDF ou aux impots : "désolé les gars, je peux pas vous payer car j'ai fais du bénévolat sans le savoir"....
  9. Tu a tout compris mox_707. Si les magazines rechignent à payer les pigistes, c'est simplement qu'ils sont souvent des gagnes-petits... On dit bien qu'il n'y a pas de petits profits. Et comme souvent ils se retrouvent face à des jeunes peu expérimentés et un peu "tendres", ils en profitent. D'autres payent aussi certains pigistes avec du matériel.... c'est assez honteux, car ce matériel a été fourni par l'importateur qui bien souvent aimerai bien le récupérer après l'article... d'ou un bénéf maximal pour le journal : un article à l'oeil !!! Ces pratiques durent depuis des années, tant que les magasines trouveront des pigistes (souvent jeunes et sans expérience, et parfois avec une écriture approximative) prets à se contenter de voir leur nom au bas d'un article en guise de rémunération. Pas étonnant dans ce cas que l'on ne retrouve pas toujours les meilleurs pigistes dans les pages d'une revue... Bref, au final c'est la qualité du journal qui s'en ressent, et après ces mêmes journaux vont venir se plaindre qu'ils ont de moins en moins de lecteurs... sans pour autant se remettre en cause le moins du monde. C'est plus facile d'expliquer une baisse du nombre de lecteurs par le développement des jeux vidéos, d'internet ou je ne sais quel autre chose, plutot que de faire un constat d'échec, surtout aux vues du prix prohibitif de ces revues spécialisées....
  10. Rien de tabou la dedans... Et puis il n'y a aucun accord de confidentialité en ce qui concerne la rémunération... Lorsque j'ai commencé, j'étais payé 300Frs la page publiée (y compris lorsqu'il sagit d'une page de photos). Je suis ensuite passé à 350Frs, je vous laisse faire la conversion. Au début à cela s'ajoutait, dans le cadre d'un essai de matériel, la possibilité de garder ce fameux matériel. Mais depuis pas mal d'années maintenant, les importateurs ou les revues récupèrent presque systématiquement le matériel, sans que le montant des piges n'ait augmenté, donc c'est devenu nettement moins intéressant. De plus mon expérience m'a permis de découvrir que bien souvent le montant des piges est défini en fonction de la tête du client... Voila pour la question des piges... Si vous avez d'autres questions
  11. Bon.... suite à mon message précédent et à quelques messages privés, je n'ai pas eu franchement de nouvelles de vous ! Alors j'en conclus que soit vous avez réussi à vous faire payé, et dans ce cas tant mieux pour vous, ou alors soit vous n'avez toujours pas été payé et dans ce cas vous estimez qu'il est normal de travailler gratuitement, ou alors vous vous en fouttez. Mais dans ce dernier cas, il est inutile de venir raconter ces histoires sur le forum juste pour se rendre intéressant... autant les garder pour vous ! Je pensais que nous aurions plus de poids à plusieurs, mais vu l'enthousiasme général, je vais agir seul. Bye.
  12. J'ai bien précisé par message privé ou par mail oui.... Inutile que tout le monde soit au courant des détails en effet. Par contre je pense qu'il est quand même bon que tout le monde sache que" certaines revues ont des comportements malhonnetes vis à vis des gens qui font une partie du contenu de ces mêmes revues. Après à chacun d'en déduire ce qu'il veut...
  13. J'ai moi aussi quelques articles qui ont été publiés dans la magasine auquel vous faites allusion, et qui ne m'ont toujours pa sété payé. Du coup j'ai arrété aussi. J'ai fais de nombreuses relances par téléphone, par courrier simple et recommandé, etc... mais pas de réponse, ou alors des excuses foireuses, et en attendant je n'ai toujours pas été réglé !!! Dans ce genre de cas, je suis persuadé que l'union fait la force... Donc je vous propose de me contacter directement par mail privé, ou sur mon adresse mail perso afin que l'on fasse un point exact de ce qui n'a pas été payé et que l'on mène une action conjointe pour se faire payer rapidement. Pour ce faire, préparez moi une liste de ce qui n'a pas été payé (nom de l'article, numéro, page et nombre de pages, pseudo ou nom du pigiste, nom du rédacteur en chef à qui vous avez eu à faire...). Je me propose d'organiser cette "lutte" !!! *pendu*
  14. Belle initiative que cet hommage à Alain sur Petit RC. Pour l'avoir fréquenté pendant de nombreuses années, à l'époque ou j'étais à fond dans la RC, je dois dire que c'était un mec très sympa, et un grand professionnel comme il y en a peu (ou plus?) dans le milieu. Il va laisser un grand vide et je me joins à la tristesse de ses proches dans ces moments difficiles. Salut Alain...
  15. Ma première voiture RC c'était un Tamiya Rough Rider en 1981, suivit peu de temps après par un Tamiya Cheetah. Ensuite je suis passé au thermique avec le célèbre Bullit (axe arrière rigide et transmission par joint torique...) motorisé par un Veco 21 dont j'ai toujours la bielle et le piston en porte clé...