numerobis

cafétaria

4,687 posts in this topic

Pour Bracame, moi c'est 1529.49 hors tickets resto et primes

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans mon cas les tickets resto sont inutiles...en bossant à domicile.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le prix de la pige, c'est plus par curiosité économique que par réel intérêt. Un peu à la manière de Capital, pour décortiquer les mécanismes, savoir le prix de revient d'un mag, ses coûts, ses contraintes...

Je pense que le fait de travailler en manipulant quotidiennement (physiquement ou virtuellement) de l'argent me fait perdre la pudibonderie du français moyen à ce sujet...

pour voir les dessous d'un mag, à la limite la je suis d'accord, mais perso j'trouve que le prix d'une pige c'est pas top comme ça sur un forum, encore en mp oui mais bon c'est limite quoi! mais une enquete sur le fonctionnement d'un magazine pourquoi pas?! :cool:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au fait, j'ai déballé mon Lazer ZX5 il y a une heure ! Je me suis surpris à avoir encore cette candeur de gosse ouvrant son paquet !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, c'est dans ce sens numerobis que je l'entendais ! Autrefois (je n'ai pas pratiqué depuis 12 ans) j'entendais justement tellement de chose... Que untel roulait en CF avec le matos des essais, etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites

12 ans que je n'ai pas monté, ni touché une auto rc... Je suis piste, mais j'ai craqué pour cette auto ! Et je ne le regrette pas. A première vue, la qualité globale est bien plus importante qu'en 1992/93...

Share this post


Link to post
Share on other sites

> grognon,onne

(adjectif et nom commun)

Qui est d'une humeur acariâtre, qui grogne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur ce, je vous quitte, m'en vais faire un tour sur le forum Ranucci pour lire les dernières théories abracadabranstesques de l'affaire avant de partir... (j'ai découvert ce site hier, il y a des gens qui ont une imagination... innimaginable !)

Share this post


Link to post
Share on other sites

gros gnon :

(non commun)

voir grosse giffle, gros coup de poing, gros coup...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un peu de culture:

Piotr Ilitch Tchaïkovski est né le 7 mai 1840 à Votkinsk dans l' Oural en Russie. Il était le deuxième fils d'un ingénieur des mines Ilia Petrovitch Tchaikovski et d'Alexandra d'Assier, descendante d'une famille française. Ilia semble avoir été un homme de caractère plutôt sentimental amoureux de musique et de littérature. Alexandra, fille du Marquis André d'Assier, est une femme d'une grande beauté mais qui semble avoir été atteinte d'une certaine instabilité psychique. Dès son plus jeune âge, et comme la plupart des grands compositeurs, il montre des dons musicaux hors du commun. Son institutrice, une Suissesse lui donne une éducation essentiellement française et favorise ses dons musicaux. A l'âge de huit ans, il s'installe avec sa famille à Moscou puis il est envoyé à Saint-Petersbourg pour y étudier le droit. Il reçoit ses premiers cours de piano à l'école Schmelling. En juin 1854, sa mère décède à la suite d'une épidémie de choléra. Piotr Illitch en reste inconsolable.

En 1859, Tchaikovski entre comme secrétaire au ministère de la justice mais envisage sérieusement de faire de la musique son métier. A la suite de revers financiers de son père, il entretient temporairement la famille jusqu'en 1862 alors qu'il aurait aimé devenir immédiatement compositeur. Il se met à étudier la composition auprès d'Anton Rubinstein pour lequel il éprouvera toujours une vive admiration. Il s'inscrit dès l'année suivante au conservatoire et renonce à sa carrière de juriste mais connait alors des difficultés financières importantes et mène une vie presque miséreuse. Il continue à prendre des cours de piano, composition et harmonie. En 1865, Nicolas Rubinstein, le frère d'Anton, crée le conservatoire de Moscou et invite Tchaikovski à y enseigner l'harmonie, poste que Piotr accepte malgré la modeste rémunération. Rubinstein présente son jeune protégé à tous ses amis. A cette époque, Tchaikovski compose sa première symphonie "Rêves d'hiver". Anton Rubinstein est très critique, par contre le fameux groupe des cinq, accueille avec enthousiasme cette symphonie qui a une âme russe. Tchaikovski a connu le groupe des cinq en 1868. Plus tard, les rapports seront assez tendus, le compositeur n'ayant une réelle estime que pour Rimski-Korsakov. Deux opéras Voïevode et Ondine ont moins de succès mais peu à peu, Tchaikovski se forge une solide réputation dans le milieu musical. Il noue avec Balakirev des liens d'amitié et compose alors Roméo et Juliette.

Entre 1869 et 1875, la carrière de Tchaikovski prend un essor formidable. Il compose un nombre très important d'oeuvres. Le musicien loge chez Nicolas Rubinstein mais n'est pas à l'aise car cette maison est ouverte à de nombreux habitués et il aspire à un univers plus calme. Toute sa vie, il ne sera nulle part chez lui. En 1871, il termine son premier quatuor à cordes qui sera couronné de succès. En 1873, il compose La tempête oeuvre pour orchestre. Les années suivantes sont une période créatrice. Il compose les quatuors à cordes n°2 et n°3, son premier concerto pour piano, l'un des plus joués du répertoire, et Vakula le forgeron un autre opéra. En 1875, il commence sa troisième symphonie et écrit le Lac des Cygnes, ballet dont la première en 1877 sera un échec ! Toutes ces oeuvres et bien d'autres ne reçoivent qu'un accueil réservé ce qui a pour effet de rendre Tchaikovski dépressif. Son premier grand succès viendra en 1871 avec le quatuor à cordes n°1 et quelques pièces pour piano au cours d'un concert de musique de chambre. Opritchnik est un opéra qui connaitra également le succès auprès du public mais qui sera férocement attaqué par la critique. Tchaikovski profite de ces quelques succès pour voyager en Europe et améliorer ainsi sa santé nerveuse fragile. De passage à Weimar, il aura l'occasion d'entendre la tétralogie de Wagner qu'il trouvera fatigante et emphatique. En 1874, il compose et dédicace son concerto pour piano n°1 à Nicolas Rubinstein lequel, est-ce par jalousie ?, déclarera cette pièce "si mauvaise qu'elle lui donne la nausée!". Blessé et irrité, il supprimera la dédicace et l'enverra à Von Bülow qui fera de l'oeuvre un triomphe jamais démenti depuis. Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

En 1876, Tchaikovski correspond avec la très riche Madame von Meck à la suite d'une commande (un arrangement pour violon et piano) qu'elle lui avait passée. Cette correspondance deviendra un amour par correspondance. Par accord tacite, ils ne se rencontreront jamais. Cette solution arrange Tchaikovski qui évite de s'engager dans une relation incompatible avec son homosexualité. Le compositeur écrit ensuite deux de ses oeuvres majeures : la quatrième symphonie et l'opéra Eugène Onéguine. Il est au sommet de son art. Une jeune femme, Antonina Ivanovna Milioukova, lui envoie des lettres d'amour enflammées et Tchaikovski accepte de la rencontrer après qu'elle ait menacé de se donner la mort s' il refusait. Le compositeur fera une offre de mariage sans en mesurer toutes les conséquences. Ce mariage, qui sera immédiatement catastrophique, est célébré en juillet 1877. Tchaikovski trouve tous les prétextes pour s'éloigner de son épouse et il est psychologiquement très atteint. Il se séparera de son épouse peu de temps après grâce à l'entremise de Nicolas Rubinstein. Mme von Meck lui alloue alors une bourse qui le met à l'abri des soucis financiers pendant treize ans. En 1878, il compose son superbe concerto pour violon.

Tchaikovski traverse les années suivantes une période de doute en ses capacités et la qualité de ses oeuvres s'en ressent particulièrement. De cette période, de 1878 à 1886, seule l' Ouverture 1812 est restée populaire, oeuvre qu'il qualifiait lui-même de bruyante et écrite sans goût. Il écrira pourtant un superbe Trio pour piano et violoncelle op.50 dédié à la mémoire de feu Nicolas Rubinstein. A partir de 1880, Tchaikovski reprend goût à la vie. Il réussit à maintenir un certain équilibre psychique. Il se rend en Italie et fait de longs séjours à Florence dans une propriété de Mme Von Meck. Il composera alors quelques chefs d'oeuvre : Capriccio italien, l'opéra La Dame de Pique, le sextuor à cordes "Souvenir de Florence"...En 1885, il acquiert une maison de campagne et réalise là l'un de ses voeux les plus chers.

En 1886, il effectue une tournée dans le Caucase où il obtient des succès extraordinaires qui le bouleversent. Tchaikovski s'essaye à la direction d'orchestre non sans une certaine réussite. Il dirigera avec succès plusieurs de ses oeuvres en 1887 à St Petersbourg et Moscou. En 1888, il entame une série de concerts européens, à Londres, Hambourg, Prague, Paris, Berlin... partout acclamés, et qui lui permettra de rencontrer Brahms, Grieg, Dvorak, Gounod, Fauré...Ayant retrouvé tous ses moyens artistiques, il compose son deuxième ballet La belle au bois dormant qui n'aura pas le succès espéré. Mme von Meck lui annonce par lettre qu'elle est ruinée et qu'elle ne peut plus lui verser sa bourse et cesse leur relation "postale". En réalité, elle apprend l'homosexualité de Tchaikovski et, blessée dans son idéal, rompt avec le musicien. Nouvelle déception pour le compositeur.

Au cours des dernières années, il compose au autre ballet Casse-noisettes, sans doute le plus célèbre, et Iolenta un autre opéra. Il part pour une tournée de concerts aux Etats-Unis. Il a le droit à un accueil chaleureux de la part du Carnegie Hall le 5 mai 1891. Mais il est à nouveau assailli par les doutes et les pires angoisses. En 1892, casse-noisettes fait un triomphe. En 1893, il compose sa symphonie dite "pathétique" la sixième. Lui-même estime qu'il s'agit de la meilleure oeuvre qu'il ait jamais composée et dans laquelle il a mis "toute son âme". Le 28 octobre, il est au pupitre pour la première qui est loin d'obtenir le succès escompté. Le 6 novembre 1893, Tchaikovski meurt du choléra après avoir bu de l'eau de la Néva non bouillie. Certains pensent, sans preuve, qu'il s'est suicidé ou a été empoisonné suite à la dénonciation publique de l'homosexualité du compositeur en raison d'une relation avec le neveu d'une noble russe.

Le langage musical de Tchaïkovski a été fortement influencé par les romantiques allemands et Hector Berlioz pour l'orchestration. Son oeuvre est également porteuse de la tradition russe initiée par Mikhaïl Glinka. D'une sensibilité très vive, sa musique est mélodique et est souvent richement orchestrée. Pour certains critiques elle paraît parfois d'une réalisation un peu facile. Néanmoins Tchaikovski est le maître de toute une génération de musiciens russes et compte parmi les rares compositeurs qui n'ont pas été étouffés par l'aura de Richard Wagner.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un savant Sénégalais inconnu dans son pays:

Dans le milieu des chercheurs et des savants, il y a toujours un penchant pour la méticulosité. Même pour s'habiller, ou donner une interview. On débite les mots avec précision et concision. On prend même la peine d'expliquer quand l'interlocuteur n'a rien compris.

Dans notre salle de conférence, Atou Lô, chercheur et biologiste sénégalais établi en Allemagne depuis 40 ans, articulait les mots avec une précision d'orfèvre. Aucune difficulté dans le maniement du Français, même si les tics empruntés de l'allemand revenaient sans cesse dans ses explications. Des explications qui épousaient trois contours, pour parler de son enfance à Saint-Louis, de son cursus scolaire et universitaire et de sa carrière de chercheur.

À Saint-Louis, où il est né le 15 décembre 1934, Atou Lô ne reconnaîtrait plus, aujourd'hui, certains quartiers. Il a très tôt quitté cette ville pour transiter à Thiès où il a fait ses études primaires, avant de venir à Dakar, où il logeait à la cité Zone A, tout en fréquentant le collège technique Maurice Delafosse. Après ces études, il entre dans un laboratoire de chimie pendant deux ans, avant de partir à Paris pour étudier la biochimie et la biologie à l'École Supérieure de Biochimie et de Biologie. Les portes de l'université de Tubingen (Allemagne) lui sont ouvertes pour préparer un diplôme de biochimie.

Atou Lô a commencé à travailler sur les réactifs au moment où il a été licencié de son travail chez un spécialiste du transfert des maladies du sang. "J'ai travaillé dans ma cave pour faire des réactifs. J'ai dit que je ne fais plus les maladies sanguines, je voudrais me consacrer à ma biochimie, c'était cela mon idéal. J'ai commencé à tripoter dans les solutions ", explique ce père de quatre enfants, marié à une Allemande. Il a travaillé chez un professeur pendant cinq ans, pour s'initier à la fabrication des réactifs. Pour Cela, Atou a dû se priver bien souvent de l'ambiance douillette du cercle familiale, parce que la science est comme cela. Je crois même que l'éducation des enfants n'a pas été bien assumée dans ma famille. Parce que j'étais engagé ailleurs... ", confie-t-il.

Et M. Lô de renchérir : " tout ce que je n'ai pas pu faire à l'université, je l'ai fait moi-même par des recherches chez le professeur. C'est ainsi qu'il entre dans la production des laboratoires sans prêt financier. " J'ai toujours travaillé avec mes bénéfices qui m'ont permis d'assurer mon propre cursus ".

La France bénéficie des services de cet homme car Atou Lô y a réalisé toutes les certifications de toxicologie analytique. " C'est-à-dire que les toxicologues français sont contrôlés par mes produits. Certains ne le savent pas, d'autres oui. Toute la France est contrôlée en toxicologie par mes produits. J'en suis fier et je crois que le Sénégal en sera fier aussi ", affirme-t-il, humblement. Aussi, toutes les certifications allemandes en toxicologie, c'est MÉDICHEM.

Alors, ce vieux Saint-Louisien est-il un génie ? " Non, je ne suis pas un génie, j'aime la recherche dans l'innovation. Le brevet est le résultat d'une recherche, mais je ne vois pas le capital. Le brevet que j'ai signé avec la Roche pourrait valoir 50 millions de Deutsmarck, soit 17 milliards de francs CFA. Le marqueur à court terme reviendrait peut-être à 40 millions de deutschemark ".

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour reprendre les fameuse paroles d'un amis philosophe, otis, mon scribe, vous savez je ne crois pas qu ils aient de bonnes ou de mauvaises situations,en faite moi j'ai toujours eu la passion depuis que je suis enfant de la peinture et de l'écriture c'est a dire finalement la même chose et ce qui est assez amusant c'est que j'ai eu plus tard l'occasion de vivre cette passion, de l'habiter de faire ce qu'on appelle une profession-passion.... moi si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous c'est d'abord des rencontres des gens qui m'ont tendu la main peut être a un moment ou je ne pouvais pas ou j'étais seul chez moi. C'est assez curieux de se dire que les hasards les rencontres forgent une destinée parce que quand on a le goût de la chose bien faite le beau geste comme on dit chez nous. Parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face, je dirais le miroir qui vous aide à avancer....alors ce n'est pas mon cas comme je le disais la puisque que moi au contraire j'ai pu, et je dit merci à la vie je chante la vie je danse la vie, je ne suis qu'amour je chante l'amour...... mais se qui est amusant d'être la ensemble et qu'on évoque sa aujourd'hui c'est que je suis a ce tournant de la vie, je réalise pleinement par ce travail avec mon maître, je réalise cette passion mais quand je dis passion c'est le coeur, c'est les tripesn c'est le vécu d'un homme. Un homme qui peut s'exprimer. mais finalement quand beaucoup de gens me dise mais comment fais tu pour avoir cette humanité et ben je leur réponds très simplement je leur dis c'est ce goût de l'amour ce goût de faire une chaîne d'amour « a love Channel » comme dise nos amis d'outre manche ce goût donc qui ma poussé a entreprendre une construction mécanique mais demain qui sait peut être simplement a me mettre au service de la communauté a faire le donc de soi.......et franchement, franchement.......voila. :cool:

Share this post


Link to post
Share on other sites

mais comme je le dis toujours, 100% des gagnants on joué au loto.....et ça, franchemen, je crois que ça mérite réfléxion.

Share this post


Link to post
Share on other sites

d'ailleur à ce propos, l'autre jour je discutais avec un petit réalisateur américain je crois, mince je ne me rapelle plus son nom, ah si voila quentin tarantino, et l'on disait à juste titre que le lundi au soleil c'est une chose qu'on n'aura jamais, chaque fois c'est pareil, c'est quand on est derrière les carreaux, quand on travaille que le ciel est beau, qu'il doit faire beau sur les routes, le lundi au soleil.....

on en est arrivé à la conclusion que à m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'y en a, te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra, en serrant dans ma main tes p'tits doigts, pis donner à bouffer à des pigeons idiots, leur filer des coups d' pieds pour de faux, et entendre ton rire qui lézarde les murs, qui sait surtout guérir mes blessures, te raconter un peu comment j'étais mino, les bonbecs fabuleux qu'on piquait chez l' marchand, car-en-sac et Minto, caramel à un franc........Et les mistrals gagnants

Share this post


Link to post
Share on other sites

Please sign in to comment

You will be able to leave a comment after signing in



Sign In Now